COVID-19: Mise à jour et informations

8 janvier 2021

Cette page sera mise à jour au fur et à mesure que de l’information sera disponible. Vous êtes invités à la consulter régulièrement.

 

Si la réponse à votre question ne se trouve pas dans la FAQ, n’hésitez pas à communiquer avec votre TGDE ou avec madame Marie Galibois, adjointe du vice-doyen aux études médicales postdoctorales par courriel, en précisant dans l’entête du courriel votre nom complet, votre programme et le sujet relatif à votre demande pour accélérer le traitement.


IMPORTANT- Nous vous incitons donc à vous assurer que votre statut vaccinal soit à jour dès que possible pour éviter les pénalités liées aux dispositions du décret à venir.
(courriel envoyé le 20 septembre 2021)

PRÉCISIONS – IMPORTANT – Couvre-feu et vaccination : COVID-19
(courriels envoyés le 8 janvier 2021)

IMPORTANT – Stages dans une autre province en P8, P9 ou P10
(directive émise le 6 janvier 2021 par courriel)

Mise à jour des recommandations de la santé publique pour le déroulement des stages au CIUSSS Mauricie

Annulation de l’EACMC, partie II, les 24 et 25 octobre
(nouvelle information, en date du 22 octobre)

Mise à jour des recommandations de la santé publique pour le déroulement des stages au CISSS de Lanaudière
(information mise à jour, en date du vendredi 16 octobre)

Communication sur l’EACMC, partie II, de la session d’octobre 2020
(nouvelle information, en date du 15 octobre)

COVID-19 – Important – Nouvelles directives du ministère de la Santé et des Services sociaux
(nouvelle information, en date du 9 octobre)

Mesures prises par l’Université de Montréal concernant le passage de zone orange à zone rouge
(nouvelle information, en date du 30 septembre)

Consignes importantes concernant le passage de zone jaune à zone orange
(nouvelle information, en date du 20 septembre)

Consignes sur l’exposition des résidents à la COVID-19
(information mise à jour, en date du 16 juillet 2020)

Informations et procédure : Voyage à l’extérieur du Canada
(information mise à jour, en date du 14 juillet 2020)

Coordonnées des bureaux de santé dans les établissements hospitaliers du réseau universitaire intégré en santé (RUIS) de l’Université de Montréal 

Procédure de mise en quarantaine 

Dépistage de la COVID-19 obligatoire – Résidents P12 (4 mai 2020)

Centres d’hébergement et de soins de longue durée – CHSLD

Création d’un code de stage «Urgence sanitaire» (URGSAN) pour les résidents redéployés

Résidentes enceintes / résident(e)s immunosupprimé(e)s : Nouvelles directives de l’INSPQ

Stages en région

Guide sur la télémédecine
(version mise à jour, en date du 11 mai 2020)

Validité des stages pendant la crise sanitaire et maintien des gardes

Arrêté ministériel et convention collective des médecins résidents

Lancement des rencontres d’enseignement virtuelles TEAMS

Stages en région maintenus

Annulation de tous les stages interuniversitaires à compter du 06 avril 2020 (P11)

Annonce du report des examens CMFC et CRMCC du printemps 2020

Directives lors du retour au pays et des stages à l’étranger

Stages en entente interuniversitaire prévus le 06 avril 2020 (P11)

Mot du vice-doyen

Tous unis, même à distance


IMPORTANT – « En vertu du décret gouvernemental (Décret 1276-2021), dès le 15 octobre 2021, tous les intervenants de la santé et des services sociaux, qu’ils soient en contact direct rapproché ou non avec les patients, devront être adéquatement vaccinés contre la COVID-19.

Cette consigne inclut les stagiaires en santé, dont les résidents en médecine.

Ainsi, les résidents en médecine et les moniteurs cliniques qui ne seront pas en mesure de fournir la preuve de leur vaccination adéquate à compter du 15 octobre seront placés en arrêt temporaire de leur formation médicale postdoctorale jusqu’à ce que leur statut vaccinal soit conforme avec les exigences gouvernementales. Pendant cette période d’arrêt temporaire, les résidents en médecine et les moniteurs cliniques se retrouveront sans salaire et sans carte de stage valide.

Il est important de savoir que, pour répondre aux exigences du ministère de la santé et des services sociaux, la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 doit avoir été administrée au plus tard 7 jours avant le 15 octobre 2021. Les établissements de santé et le Collège des médecins du Québec, contrôleront le statut vaccinal des apprenants avant leur entrée sur le milieu de stage et ceux qui ne sont pas adéquatement vaccinés seront suspendu immédiatement – sans solde – tant que la situation ne sera pas rétablie. La validité des stages en sera impactée également.

Nous vous incitons donc à vous assurer que votre statut vaccinal soit à jour dès que possible pour éviter les pénalités liées aux dispositions du décret à venir. »

 


 

PRÉCISIONS – IMPORTANT – Couvre-feu et vaccination : COVID-19

Deuxième courriel, envoyé le 8 janvier

À la suite du courriel que je vous ai envoyé plus tôt aujourd’hui, j’aimerais apporter quelques nouvelles précisions.

Nous avons eu la confirmation que la carte d’employé d’hôpital serait suffisante pour permettre les déplacements liés à votre travail pendant la période visée par le couvre-feu.

Cependant, par mesure de précaution, une lettre officielle est disponible (vous pouvez en faire la demande auprès de votre TGDE) que vous pourrez remettre aux autorités policières si vous êtes interceptés entre 20 h et 5 h.

Nous vous recommandons également d’avoir sur vous tous les documents qui peuvent contribuer à démontrer que votre déplacement est essentiel et lié à votre travail, notamment :

  • Carte d’employé de l’hôpital, comme mentionné ce matin;
  • Carte de stages du Collège des Médecins du Québec;
  • Copie de votre horaire de travail;
  • Coordonnées d’un répondant à votre milieu de stage qui peut attester de votre horaire de travail.

***

IMPORTANT – Couvre-feu et vaccination : COVID-19

Premier courriel, envoyé le 8 janvier

À la suite des nouvelles directives gouvernementales émises le 6 janvier 2021 et de l’imposition d’un couvre-feu, le vice-décanat des études médicales souhaite apporter les éclaircissements suivants en ce qui a trait aux précautions à prendre :

  • Les résidents doivent avoir avec eux en tout temps, et plus spécialement entre 20 h et 5 h, leur carte d’employé d’hôpital les identifiant comme médecin résident. Nous avons reçu l’assurance que ceci serait suffisant pour permettre, sans encombre, les déplacements reliés à votre travail pendant la période visée par le couvre-feu.

En ce qui concerne la vaccination des résidents, celle-ci doit s’effectuer lors des stages. Si un résident effectue un stage dans un secteur visé par la campagne de vaccination actuellement, par exemple les soins intensifs, l’établissement d’accueil doit vacciner les résidents même s’il ne s’agit pas de l’établissement payeur pour ce résident. Chaque établissement est responsable de valider que l’ensemble des résidents ait été vacciné au sein de leur établissement. Ce sont les directives qui ont été transmises aux directions de l’enseignement des établissements hier en fin d’après-midi.

La vaccination des externes et autres stagiaires en santé (considéré comme des employés non rémunérés) doit s’effectuer selon la même priorisation que les employés.

N’hésitez surtout pas à communiquer avec nous en cas de problème.


IMPORTANT – Stages dans une autre province en P8, P9 ou P10

Directive émise le 6 janvier 2021 par courriel

En raison de l’évolution préoccupante de la pandémie, le vide-décanat des études médicales postdoctorales vous recommande fortement de faire certaines vérifications, spécialement si vous avez un stage prévu dans une autre province canadienne en P8, P9 ou P10.

Nous avons appris que plusieurs universités canadiennes resserrent leurs règles ou annulent les stages entrants pour les périodes 8, 9 et 10 de l’année académique en cours.

Les modalités varient d’une université à l’autre et selon les cas de figure (par exemple, les parachèvements de formation pourraient être acceptés).

Nous vous invitons donc à communiquer avec votre université d’accueil pour confirmer que votre stage pourra avoir lieu et, le cas échéant, vous informer des exigences d’isolement ou de prévention.

Les stages en entente interuniversitaire au Québec (CREPUQ) ne sont pas touchés.


Mise à jour des recommandations de la santé publique pour le déroulement des stages au CIUSSS Mauricie

Courriel envoyé le lundi 2 novembre

Veuillez lire la section spéciale sur les consignes : COVID – Guide pour les stages en médecine au CIUSSS MCQ


Annulation de l’EACMC, partie II, les 24 et 25 octobre

Voici une communication de l’honorable Maureen Topps, transmise le 22 octobre

Comme l’a souligné hier la déclaration du Conseil médical du Canada (CMC), nous avions pleinement l’intention de procéder, les 24 et 25 octobre, à l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie II, de façon sécuritaire et défendable sur le plan psychométrique, dans le plus grand nombre de centres possible dans tout le pays.

Malheureusement, en raison des recommandations de la Santé publique et des décisions tardives de certains centres d’examen de tiers contractuels, principalement en milieu universitaire, nous ne sommes plus en mesure d’offrir l’EACMC, partie II, à une cohorte de groupe de référence suffisamment importante pour garantir que les résultats de l’examen sont défendables d’un point de vue psychométrique de grande qualité. Nous n’avons d’autre choix que d’annuler tous les centres pour cette session de l’examen. Nous nous excusons des perturbations que cela a causées aux candidats.

Malgré la pandémie en cours et quelques annulations hâtives de centres, nous étions fermement convaincus, compte tenu de nos vastes consultations auprès des centres de santé publique et d’examen, que nous pouvions faire avancer en toute sécurité plus d’un millier de candidats le long du parcours menant à l’obtention du permis d’exercice, y compris certains qui avaient déjà été retardés par le report de l’EACMC, partie II, en mai 2020 et qui pratiquent avec des permis provisoires. Nous avons retardé la décision d’annuler l’examen le plus longtemps possible, dans l’intérêt fondamental des candidats qui souhaitaient passer l’examen.

Nous comprenons les répercussions de cette décision sur les candidats. La COVID-19 a eu une incidence à la fois sur l’administration de cet examen et sur nos plans d’urgence. Avec l’appui du Conseil du CMC, notre équipe est déjà en train de passer rapidement à l’option de livraison virtuelle des examens cliniques objectifs structurés, y compris l’EACMC, partie II. Cela réduira notre dépendance à l’égard des emplacements contractuels pour la prestation d’examens en personne et atténuera les difficultés que cette prestation a entraînées en raison de l’impact de la pandémie actuelle. Nous explorons également l’ajout de dates dans la première partie de 2021 pour traiter l’arriéré créé par les annulations de centres actuelles.

Dès que les détails sur les options d’examen à venir seront confirmés, le CMC informera les candidats et les intervenants et travaillera directement avec les candidats pour transférer leur demande d’examen à une session future.  Si un candidat préfère retirer sa demande, un remboursement complet sera effectué.

Veuillez continuer de consulter notre site Web pour les mises à jour à venir.

Maureen Topps, MB ChB, FCFP, MBA, FRCPC
Directrice générale et chef de la direction


Mise à jour des recommandations de la santé publique pour le déroulement des stages au CISSS de Lanaudière

Courriel envoyé le vendredi 16 octobre

Suite à la mise à jour des recommandations de la santé publique pour le déroulement des stages (8 octobre), voici la mise à jour de l’aide-mémoire destiné aux professeurs et étudiants afin de faciliter le bon déroulement des stages. La seule modification apportée concerne l’arrêt du dépistage systématique avant le début du stage. L’obligation à tout étudiant de déclarer l’apparition de symptômes compatibles à la COVID pendant son stage demeure et l’accès au dépistage sera alors fourni par le CISSS.

Aide-mémoire


Communication sur l’EACMC, partie II, de la session d’octobre 2020

Voici une communication de l’honorable Maureen Topps, transmise le 15 octobre

Vous trouverez ci-dessous quelques renseignements pour aider à mieux comprendre l’approche du Conseil médical du Canada (CMC) à l’égard de l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie II, qui doit avoir lieu les 24 et 25 octobre 2020.

Depuis notre annonce en mars au sujet du report de l’EACMC, partie II, de mai 2020 et tout au long de l’évolution de la pandémie, nous avons travaillé activement avec le personnel de nos centres d’examen, ainsi que consulté régulièrement les autorités de la santé publique dans chaque emplacement particulier, ainsi que la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, afin d’explorer des scénarios pour livrer nos examens en toute sécurité et en temps opportun. Comme l’a fait remarquer le bureau de la Dre Tam, « l’activité de la COVID-19 varie à l’échelle du Canada ».

Annulations de centres

Au moment d’envoyer ce message, nous sommes prêts à faire passer nos examens en toute sécurité dans le plus grand nombre possible d’emplacements prévus et nous prévoyons le faire. À ce jour, les centres Touchstone et Novotel à Toronto, à Montréal (deux centres), à la ville de Québec, à Ottawa et à Kingston ont informé le CMC qu’ils ne peuvent pas tenir notre examen.

Nous comprenons l’incidence des décisions d’annulation sur les candidats inscrits à ces centres, en particulier ceux qui ont déjà été touchés par les dates d’examen reportées de mai 2020, et nous les tiendrons à jour à mesure que des décisions seront prises au sujet des futures sessions d’examen.

Dans le cas des candidats qui ont été déplacés de la session d’octobre en raison d’annulations, le CMC transférera leur demande intacte à la première session disponible. Cela donne automatiquement une place aux candidats à cette date. Il s’agit du même processus qui a été utilisé pour transférer les examens reportés de mai 2020 aux sessions d’octobre et de février. Toutefois, les candidats devront sélectionner de nouveau leurs choix de centre, car ils ne sont pas toujours les mêmes que lors de l’examen précédent.

Une fois que les candidats de mai 2020 ont été déplacés en octobre ou février, le CMC a permis aux candidats qui auraient posé leur candidature pour l’EACMC, partie II, d’octobre d’utiliser le reste des places pour février. Dans des circonstances normales, ces candidats auraient été tenus de suivre le processus habituel selon lequel les nouveaux candidats ajoutent leur nom à la liste de prédemandes à partir de laquelle nous effectuons une sélection aléatoire, en tenant compte des groupes de référence nécessaires.

Pour la session de mai 2021, nous accorderons la priorité aux candidats en médecine familiale qui en sont à leur deuxième année et qui doivent terminer leur résidence le 30 juin 2021. Ces candidats doivent ajouter leur nom à la liste de prédemandes de mai 2021 pour se voir attribuer une place à cette session.

En ce qui concerne les centres, nous avons reçu des demandes visant à restreindre l’accès aux différents centres d’examen aux candidats « locaux » seulement. Les assignations aux centres sont fondées sur le choix du candidat. Il ne serait ni raisonnable ni pratique d’offrir des centres exclusivement aux résidents de la région ou aux diplômés d’une certaine université, car nous savons que bon nombre des candidats déménagent pour leur résidence et choisissent les centres d’examen en fonction de la commodité de l’endroit pour les dates de l’examen. De plus, il y a des candidats qui ne sont pas affiliés à une université canadienne et qui ont besoin d’avoir accès aux examens du CMC.

Plan d’urgence

La prochaine date d’examen prévue pour l’EACMC, partie II, est le 7 février 2020. L’équipe des examens du CMC s’efforce d’ajouter une date supplémentaire en février ainsi que des dates supplémentaires en mars pour traiter l’arriéré créé par les annulations à la suite de la pandémie.

Pour toutes les sessions d’examen, nous avons un processus de prise en considération pour aider les candidats qui nous informent de la nécessité de subir l’examen immédiatement. Pour l’examen du 7 février, nous avons déjà approuvé plus de 20 demandes de ce genre.

Si nous ajoutons des dates supplémentaires, selon le nombre de candidats déplacés en octobre, nous pourrions être en mesure d’inviter des candidats sur la liste de prédemandes pour la session de février, qui n’ont pas été précédemment sélectionnés.

Examens virtuels

Le Conseil médical du Canada envisage une option de prestation en ligne pour nos examens cliniques objectifs structurés (ECOS) y compris l’EACMC, partie II, et l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE). Toutefois, compte tenu des enjeux élevés de ces examens non informatisés et de notre engagement à offrir des examens psychométriques défendables, le CMC a déterminé que nous ne pouvions pas rapidement passer à des examens en ligne en 2020, tout en maintenant la qualité de ces évaluations. Nous étudions toutefois vigoureusement des options de prestation qui pourront être mises en œuvre en temps opportun.

Assurer un environnement d’examen sécuritaire pendant la pandémie

Nous avons travaillé avec diligence pour apporter les changements nécessaires afin de réduire les risques possibles pendant la mise en œuvre de l’EACMC, partie II, en respectant les mesures de distanciation physique et d’autres mesures de protection personnelle mises en place dans chaque centre d’examen, conformément aux lignes directrices établies par les autorités locales de santé publique. L’environnement imitera cela dans un contexte ambulatoire pour voir un patient. Nous suivons la distance physique de 2 mètres dans la mesure du possible et tous porteront des masques. Nous décalerons les dates de début des examens (et donc les dates de fin) pour réduire au minimum le nombre de candidats rassemblés. Le jour de l’examen, les candidats et le personnel sur place doivent remplir et signer le questionnaire de dépistage de la COVID-19 pour assurer leur sécurité et celle des autres.

En plus de ces protocoles, nous avons veillé à ce que :

  • Pendant l’examen, il n’y a pas de grands rassemblements ni de séquestration des candidats.
  • L’orientation se fait en ligne.
  • Les candidats ne mangent pas ou ne boivent pas pendant l’examen, de sorte que le risque est limité.
  • L’équipement de protection individuelle (EPI) est obligatoire
  • Les masques sont enlevés momentanément à des fins d’identification (tout comme le font actuellement les compagnies aériennes).
  • Dans la salle d’examen, tous les participants portent de l’EPI.
  • Il n’est pas nécessaire de se soumettre à un examen physique ou de toucher un objet.
  • On a encouragé les candidats à choisir des centres d’examen aussi près que possible de leur résidence afin de réduire les déplacements.

En date du 15 octobre 2020, si l’on exclut les centres annulés, le CMC prévoit que plus de 1 000 des 2 139 candidats inscrits à l’origine se présenteront à l’examen de l’EACMC, partie II, au cours de la session d’octobre.

Pour le moment, nous n’envisageons pas l’annulation complète de l’examen, mais nous espérons pouvoir accueillir le plus grand nombre de candidats possible dans le plus grand nombre d’endroits possible; toutefois, nous continuons de surveiller les lignes directrices en matière de santé publique et nous nous adapterons au besoin. Les candidats peuvent choisir de participer ou de reporter en fonction de leur propre situation. Le CMC a mis en place une politique de remboursement souple à cet effet.

Maureen Topps, MB ChB, FCFP, MBA, FRCPC
Directrice générale et chef de la direction


COVID-19 – Important – Nouvelles directives du ministère de la Santé et des Services sociaux

Courriel envoyé le vendredi 9 octobre

Le doyen de la Faculté de médecine, Dr Patrick Cossette, a acheminé un communiqué (par courriel) concernant les nouvelles directives du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Vous pouvez le lire ici : COVID-19 – Mise à jour


Mesures prises par l’Université de Montréal concernant le passage de zone orange à zone rouge

Courriel envoyé le mercredi 30 septembre

Le recteur de l’Université de Montréal, monsieur Daniel Jutras, a transmis par courriel et par le biais de son site Web Infocovid19 les consignes qu’il souhaite que la communauté universitaire respectent ainsi que les mesure mises de l’avant par les employés.

Vous êtes invités à consultez le communiqué : Alerte rouge : le point sur les mesures prises par l’UdeM


Consignes importantes concernant le passage de zone jaune à zone orange

Courriel envoyé le dimanche 20 septembre

Le ministre de la Santé et des Services Sociaux, M. Christian Dubé, a annoncé ce soir que les régions de Montréal, la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches passaient dorénavant au niveau d’alerte orange à compter de minuit ce soir.

En rencontre d’urgence, le MSSS nous a toutefois indiqué que, malgré ces mesures, les déplacements interrégionaux des résidents pour effectuer un stage seront considérés comme étant des déplacements essentiels. Il y aura cependant certaines particularités.

  • Si vous devez vous déplacer d’une zone orange à une zone jaune ou verte, vous devrez obligatoirement effectuer une quarantaine de sept (7) jours associée à un test de dépistage. Vous n’aurez pas besoin d’une lettre d’autorisation pour vous déplacer. Aucun barrage routier n’est prévu entre les régions pour le moment.
  • Cette consigne s’applique également aux déplacements effectués dans la dernière semaine, en provenance d’une région maintenant devenue orange.
  • Les déplacements de zone orange à zone orange (Montréal vers Québec, par exemple) ne sont normalement pas assujettis à ces obligations
  • Les déplacements réguliers entre une région orange et une région jaune ou verte ne sont toutefois pas soumis aux mêmes règles

Par exemple, les déplacements quotidiens d’un résident qui habite Montréal et qui effectue un stage à Laval ou Longueuil sont autorisés. Cependant, le MSSS demande aux résidents dans cette situation de respecter de façon très méticuleuse les mesures sanitaires de base (distanciation physique, lavage des mains, port du masque, etc.), d’éviter les sorties non essentielles et de limiter les déplacements au strict minimum nécessaire.

Le ministère demande finalement aux résidents de déclarer toute activité jugée à risque de contagion au bureau de santé de leur établissement et de suivre leur recommandation le cas échéant.

Nous allons dans les prochains jours vous acheminer des informations plus précises, au fur et à mesure que nous les obtiendrons.

Nous vous rappelons que, comme ce fut le cas lors de la première vague, la validité de votre stage ne sera pas compromise par la quarantaine requise, mais la durée de votre stage s’en trouvera écourtée.


Consignes sur l’exposition des résidents à la COVID-19

Courriel envoyé le jeudi 16 juillet

Lettre de la sous-ministre adjointe Dre Lucie Optamy, du Ministère de la Santé et des Services sociaux :

Mise à jour des recommandations sur l’exposition des résidents à la COVID-19

Courriel envoyé le mardi 11 mars

Le 10 mars 2020, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a émis des consignes relativement aux mesures à mettre en place dans les facultés de médecine afin de faire face aux risques liés aux infections à COVID-19.

Voir le document de l’Institut national de santé publique du Québec.

Parmi ces consignes, il est spécifié que :

  • Les résidents font partie de l’équipe de soin et ils ne seront pas retirés de leur stage, bien qu’il soit convenu que les contacts devront se limiter aux interventions essentielles;
  • Les résidents immunosupprimés (ou ceux qui agissent à titre d’aidant naturel auprès d’une personne immunosupprimée) ne devraient pas être en contact avec une personne sous investigation, un cas probable ou confirmé de COVID-19;
  • Tous les stages à l’étranger (hors du Canada, incluant les États-Unis) sont suspendus jusqu’au 31 août 2020, à l’exception des résidents qui quitteront pour une longue durée en formation complémentaire;
  • Il en est de même pour tous les déplacements professionnels (congrès, conférences sur invitation, délégations) hors du Canada qui sont également suspendus jusqu’au 31 août 2020;
  • Actuellement, les cours sont maintenus, peu importe la taille du groupe.

Par ailleurs, tous les stagiaires qui arrivent de l’extérieur du Canada (stages entrants, dont les moniteurs cliniques) devront se placer en quarantaine1  volontaire à leur arrivée au pays. Ceux qui ne veulent pas se conformer à cette consigne se verront imposer une quarantaine. Cette consigne est valable, peu importe le pays d’origine du stagiaire / moniteur.

Les résidents qui se placeront en quarantaine volontaire ou qui se verront imposer une quarantaine ne seront pas pénalisés en regard de la validité de leur stage.

Enfin, le vice-décanat aux études médicales postdoctorales observe et respecte les recommandations de l’Agence de santé publique du Canada et rappelle qu’il est actuellement demandé aux Canadiens d’éviter de se rendre dans certains pays et d’éviter tout type de croisière. Le cas échéant, vous êtes priés de prendre connaissance de la consigne universitaire relativement aux précautions à prendre à votre retour de voyage. Les résidents ou les moniteurs qui partiraient en voyage personnel dans un pays à risque en toute connaissance de cause pourraient devoir en subir les conséquences.

La situation évoluant rapidement, nous vous invitons à demeurer vigilants. De nouvelles consignes pourraient être émises dans les prochains jours à ce sujet. Nous vous en tiendrons informés.

Isolement au retour d’un voyage à l’étranger : directives gouvernementales

Si vous prévoyez des déplacements hors du pays, vous êtes invités à consulter les consignes et recommandations en matière de santé publique au niveau fédéral et provincial en lien avec l’isolement au retour d’un voyage à l’étranger.

1 Une quarantaine a une durée de 14 jours consécutifs.


Informations et procédure : Voyage à l’extérieur du Canada

Courriel envoyé le mardi 14 juillet

Comme le précisait le courriel que vous receviez le 11 mars 2020, au début de la pandémie, je vous rappelle que les départs hors du Canada sont toujours concernés par cet avis jusqu’au 31 août 2020. Cet avis pourrait être renouvelé par le MSSS selon la situation qui prévaudra alors.

Ainsi,  tous les stages à l’étranger (hors du Canada, incluant les États-Unis) sont toujours suspendus jusqu’au 31 août 2020, à l’exception des résidents qui quitteront pour une longue durée en formation complémentaire, de même pour tous les déplacements professionnels (congrès, conférences sur invitation, délégations) hors du Canada;

Dans le contexte où un résident souhaite tout de même quitter le Canada pour ses vacances estivales, nous souhaitons vous informer que ce résident devra alors :

    1. obtenir l’accord de son programme de résidence;
    2. obtenir l’accord de son agent payeur qui fait office ici d’employeur; et qui pourrait être tenu de répondre à IRCC au retour au pays Canada du résident;
    3. s’informer auprès de son assureur et de la CNESST pour les questions en lien avec la protection qu’il lui sera possible d’obtenir dans le contexte actuel, notamment en cas de maladie ou de complications liées à la COVID-19, fermeture des frontières, interdiction de déplacement, etc.;
    4. aviser le vice-décanat aux études médicales postdoctorales;
    5. préparer minutieusement son isolement de 14 jours qui sera exigé de lui par qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) à son retour au Canada.
    6. fournir à l’agent frontalier, à son retour au Canada, son plan d’isolement détaillé et argumenté.
        • Au minimum cinq (5) jours avant votre arrivée sur le sol canadien, une copie de ce plan devra être transmise à (1) la technicienne en gestion de dossiers étudiants (TGDE) responsable de votre programme de résidence (voir Nous joindre pour dépôt à votre dossier de résidence, ainsi (2) qu’à votre agent payeur et (3) à la direction de votre programme de résidence.

Il est important de noter que cette quarantaine imposée par Immigration, Refugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) à votre retour au Canada pourrait impacter la validité de votre stage et pourra être considérée comme une absence et ne pas être rémunérée, notamment si le télé-travail et / ou la télé-médecine n’était pas possible pendant cette période de quarantaine (à noter que la possibilité pour le résident d’effectuer du télé-travail et / ou de la télé-médecine pendant cette période, devra être confirmée par son programme de résidence). Par conséquent, il pourrait en découler également une prolongation de votre formation en résidence.

Par ailleurs, si vous tombez malade de la COVID-19 pendant votre séjour hors du Canada ou après votre retour, pendant votre période de quarantaine, et que cela a comme impact de prolonger votre absence de votre formation en résidence, cette absence sera enregistrée comme un congé de maladie / retour de voyage COVID-19. Notez également que vous pourriez ne pas pouvoir vous inscrire auprès de la CNESST si des complications étaient engendrées par cette maladie contractée alors que vous étiez en vacances, et non dans le cadre de votre travail en tant que médecin.

Nous vous rappelons, par ailleurs, que plusieurs assureurs refusent de couvrir les voyageurs en contexte de pandémie. Nous vous invitons à bien vous informer auprès de la CNESST et de votre assureur au moment de réserver pour vos vacances et tout juste avant votre départ et de bien en mesurer les conséquences possibles avant ce départ. Si la situation venait à se dégrader pendant votre séjour à l’étranger, nous ne pourrons malheureusement pas vous aider.

  • Le résident sous permis de travail doit communiquer avec le vice-décanat aux études médicales postdoctorales pour connaître les consignes additionnelles le concernant à cet égard (preuve de rémunération pendant la période d’isolement, lettre d’emploi, etc.)

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour toutes questions.

Lettre de la sous-ministre, docteure Lucie Optamy


Dépistage de la COVID-19 obligatoire – Résidents P12 (4 mai 2020)

Courriel envoyé le jeudi 30 avril

Afin de limiter la propagation de la COVID-19, le Bureau de santé du CHU Sainte-Justine vient d’émettre de nouvelles recommandations concernant l’arrivée de résidents en stage au CHU Sainte-Justine.

Par conséquent, tout résident qui débutera un stage au CHU Sainte-Justine devra être testé pour la COVID-19 AVANT son arrivée au CHU Sainte-Justine.

Voici la marche à suivre :

  • Compléter rapidement le formulaire à l’adresse suivante : https://www.chusj.org/fr/soins-services/C/COVID-19/Clinique-COVID-19.
  • Suite à la complétion de ce formulaire, vous serez contacté afin d’obtenir la date de votre test.
  • Une fois la date de test obtenue, vous faire tester pour la COVID-19 selon les indications reçues lors de l’appel.
  • Dans l’attente de l’obtention de votre résultat, vous pourrez débuter votre stage parmi nous mais vous devrez porter un masque en tout temps lors de votre stage (des masques vous seront remis par le secteur de stage au jour 1).

Nous vous invitons à consulter le document ci-joint pour les recommandations et directives applicables au CHU Sainte-Justine.

 Pour toute question concernant ces mesures de prévention, n’hésitez pas à nous contacter à la Direction de l’enseignement soit par courriel au direction.enseignement.hsj@ssss.gouv.qc.ca ou par téléphone au 514 345-4931 poste 4670.


Procédure de mise en quarantaine 

Courriel envoyé le vendredi 27 mars, mis à jour le mercredi 10 juin

À titre de rappel, depuis le début de la pandémie liée à la COVID-19, tous les résidents et moniteurs placés en quarantaine doivent en informer leur programme de résidence et le vice-décanat aux études médicales postdoctorales. La période d’isolement sera inscrite dans le dossier MedSIS du résident sous le code « quarantaine ». Cela permettra aux programmes de résidence, aux directions de l’enseignement universitaire et aux agents payeurs d’être informés de la situation.

Par ailleurs, à la suite des modifications apportées au Règlement sur l’Immigration et la Protection des Réfugiés (RIPR), toute personne arrivant de l’étranger sur le territoire canadien, est soumise à de nouvelles obligations et pourrait être assujettie à des conséquences en cas de non-respect de celles-ci. Ainsi, les résidents ou les moniteurs qui partiraient en voyage personnel à l’étranger après le 12 mars 2020, en toute connaissance de cause, pourraient devoir en subir les conséquences. Notamment, la période de quarantaine pourrait alors être tenue en compte dans le décompte de présence pour déterminer la validité du stage et le résident / moniteur pourrait ne pas être payé pendant la durée de son isolement consécutif à ce voyage. Si vous choisissez de maintenir vos projets de voyage, vous devrez  vous placer en quarantaine (isolement 14 jours) volontaire à votre arrivée / retour au Canada, faute de vous voir imposer une quarantaine. Cette consigne est valable, peu importe le pays d’origine.

Afin de faciliter les suivis, merci de suivre la procédure de mise en quarantaine détaillée ci-dessous pour assurer une communication adéquate entre les instances :

1. Vous vous retirez du milieu de stage.

2. Vous devez communiquer avec le bureau de santé de votre CHU (CHUM, CHUSJ) / CIUSSS / CISSS ou Institut (ICM, IPPM) où se déroule votre stage pour les aviser de la situation.

    Vous êtes tenus de vous plier aux recommandations du bureau de santé.

    À noter que, dans tous les cas, le bureau santé n’a pas à produire de certificat. Pour obtenir un certificat médical pour une couverture par la CNESST (fortement recommandé), svp vous référez au point 4.

    3. Vous devez informer (1) votre directeur de programme de résidence*, (2) son adjointe administrative et (3) le vice-décanat aux études médicales postdoctorales (votre TGDE).

    Indiquez, dans l’objet de votre courriel, votre nom complet et identifiez votre programme de résidence.

    Si votre quarantaine découle d’un voyage à l’étranger, vous devez nous indiquer dans votre courriel votre destination, votre date de départ et d’arrivée et joindre une copie de vos billets d’avion.

    Les résidents en médecine familiale doivent également aviser par courriel le programme central de résidence :

    Madame Liliana Cornescu : liliana.cornescu@umontreal.ca
    Dr Alain Papineau : alain.papineau@umontreal.ca

    4. Si vous testez positif à la COVID-19 :

          • Vous devez obtenir une copie du résultat de votre test positif;
          • Il vous est, par ailleurs, fortement recommandé de faire une demande auprès de la CNESST en vertu de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP).

    Pour faire cette demande auprès de la CNESST, un certificat médical sera nécessaire. Les cliniques médicales ci-dessous seront en mesure de vous émettre un tel certificat :

            • Clinique 640 Urgence 640 (Boisbriand) : Inscription à compter de 7 h, du lundi au samedi, tél. : 450 970-3034 ou encore par le site web Bonjour-santé.ca en faisant une recherche pour Urgence 640 
            • Dr Jonathan Lefebvre ou Dr François Allison attribuera un médecin à chaque résident au GMF-U du Marigot: tél. : 450 668-1508, poste 2 – laisser un message pour Dr Lefebvre ou Allison (pour les résidents en stage à Laval)
            • Les résidents de la Mauricie peuvent communiquer avec la CUMF Shawinigan 819 536-7511, poste 2

    Si vous décidez d’en faire la demande, l’entente collective prévoit, à l’article 28.16 c), que les 104 premières semaines sont payées par l’employeur à 90 % du salaire net. Pour ce faire, vous devez remplir le Formulaire de réclamation du travailleur et le soumettre à la CNESST ainsi qu’à votre employeur.

    À noter que, la demande à la CNESST ne va pas nécessairement faire en sorte que vous allez cesser de travailler. En effet, l’employeur pourrait décider, en collaboration avec votre université et avec l’accord de votre médecin, de vous réaffecter à des tâches compatibles avec votre état de santé (comme faire du télétravail ou de la recherche). Dans un tel cas, vous seriez payé 100 % de votre salaire. De plus, comme vous travaillez, il est attendu que vous continuiez à atteindre les objectifs de vos stages.

    La CNESST reste responsable de votre dossier jusqu’à la consolidation, c’est-à-dire tant que vous testez positif à la COVID-19, que vous soyez symptomatique ou asymptomatique.

    5. Si l’on vous invite à rester en quarantaine :

          • Vous devez aviser les personnes identifiées au point 3 ci-haut de votre absence et de la décision du bureau santé et des recommandations reçues.

    6. Si vous ne développez pas de symptômes après 14 jours :

    7. Si vous développez des symptômes au cours de la quarantaine :

          • Vous devez en aviser les personnes identifiées au point 3 ci-haut ainsi que le bureau de santé de votre établissement de stage.
          • On pourrait vous demander de passer un test.
          • À noter qu’un test de dépistage négatif ne met pas nécessairement fin à la quarantaine.
          • À la fin des 14 jours de quarantaine, si vous jugez pouvoir retourner au travail, vous communiquez avec le bureau de santé de votre CHU (CHUM, CHUSJ) / CIUSSS / CISSS ou Institut (ICM, IPPM) afin qu’il autorise votre retour au travail.
          • Avant de revenir en stage, le résident doit d’abord s’assurer d’avoir obtenu l’accord du bureau de santé de son milieu de stage et celui de son programme de résidence.
          • Si le retour en stage est autorisé, vous avisez de la décision toutes les personnes identifiées au point 3.
          • Les précautions qui pourraient vous être prescrites par le bureau de santé de votre milieu de stage dans le cadre de votre retour au travail devront être observées minutieusement.

    8. Si la santé publique vous avise d’un contact avec COVID+:

          • Vous suivez la procédure décrite au point 5.
          • Si la santé publique vous avise que le contact était négatif et que vous pouvez retourner au travail, vous devez tout de même demander l’avis de retour de votre bureau de santé.
          • Vous devez en aviser les personnes identifiées au point 3 ci-haut.

    À noter que la période de quarantaine est d’une durée de 14 jours consécutifs par occurrence. Si la durée de la période d’isolement requise devait être supérieure à 14 jours (apparition de symptômes, par exemple) le résident sera alors inscrit en congé de maladie dans MedSIS pour la durée dépassant cette durée prescrite. Vous avisez toutes les personnes identifiées au point 3 de la prolongation de votre absence après la quarantaine. Pour le retour, vous suivez la même procédure que pour une fin de quarantaine sans symptôme.

    Faites attention à vous et n’hésitez pas à demander de l’aide au besoin!

    Nous vous rappelons par ailleurs de ne pas hésiter à faire appel aux diverses ressources d’aide à votre disposition si vous en sentez le besoin. Vous pouvez rencontrer un des professeurs ou votre directeur de programme à n’importe quel moment au cours de l’année afin de discuter de vos problèmes et de trouver des solutions. Au besoin, le professeur ou votre directeur de programme peut vous recommander de contacter l’une des ressources disponibles. Vous pouvez aussi vous adresser d’emblée à l’une des ressources suivantes :

    Bureau d’aide aux étudiants et aux résidents (BAER) : Le BAER de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal offre des services de consultation en cas de problème de santé physique et mentale ou de difficultés pédagogiques ou financières, ainsi que des services d’orientation professionnelle et de choix de carrière et d’intégration des médecins diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU).

    Un suivi de réponse sera donné dans les 24 à 48 heures, sauf les fins de semaine et les jours fériés.
    Courriel : baer@meddir.umontreal.ca

    Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ) : vient en aide aux résidents et, dans des cas particuliers, aux membres de leur famille immédiate, qui seraient en difficulté pour des problèmes de toxicomanie, alcoolisme, santé mentale, ou autres problèmes personnels. Ce programme autonome et à but non lucratif est financé par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), le Collège des médecins du Québec (CMQ) et l’Association des médecins de langue française du Canada. Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi, entre 8 h 45 et 16 h 45.

    En cas de besoin, un médecin-conseil peut être joint les fins de semaine et les jours fériés entre 9 h et 17 h. Téléphone : 514 397-0888 / sans frais 1-800-387-4166 / Courriel : info@pamq.org

    Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) : créée officiellement en 1966, la FMRQ est un syndicat professionnel qui regroupe les associations de médecins résidents des quatre facultés de médecine de Montréal, McGill, Sherbrooke et Laval à Québec dont la mission est l’étude, la défense et le développement des intérêts économiques, sociaux, moraux, académiques et professionnels des syndicats et de leurs 3 600 membres.

    Vous pouvez également consulter le Guide bien-être des résidents de l’AMRM.

    Service aux étudiants de l’Université de Montréal : Les médecins et les psychologues du Centre de santé et de consultation psychologique (CSCP) de l’Université de Montréal assurent le support et les suivis à distance.


    Centres d’hébergement et de soins de longue durée – CHSLD

    Courriel envoyé le jeudi 30 avril

    Plusieurs d’entre vous manifestez le désir de répondre à l’appel de notre premier ministre afin d’aller prêter main-forte dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). On ne peut nier que les besoins soient très importants dans ces institutions. Il s’agit d’un objectif louable qui montre votre niveau élevé de responsabilité sociale et j’en suis très fier.

    Il faut toutefois se rappeler que votre formation en résidence, contrairement à celle de toutes les autres catégories de stagiaires en santé, n’a pas été interrompue par la pandémie liée à la COVID-19, en raison de votre double statut d’apprenant et de travailleur de la santé. Comme travailleur de la santé, vous avez le devoir de continuer à œuvrer auprès de la population dans vos milieux de stage, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous êtes rémunérés pendant votre formation. Au niveau de votre apprentissage, la Faculté de médecine a la responsabilité, même en situation de crise sanitaire, de s’assurer qu’il y ait le moins de retard possible dans votre formation. Plusieurs d’entre vous sont finissants et êtes donc attendus avec impatience dans votre futur milieu de pratique. Nous devons donc veiller à ce que vous puissiez arriver sur le marché du travail à temps. Pour les autres, nous devrons dans les prochaines semaines travailler avec vos directions de programme afin de corriger le mieux possible les perturbations qui auraient pu découler de votre absence dans vos milieux de stage usuels. En effet, depuis plusieurs semaines, un grand nombre de résidents de l’Université de Montréal ont été déployés partout dans notre réseau, à la fois dans les cliniques de médecine familiale, les hôpitaux de soins aigus, mais, également dans de nombreux CHSLD. Pour certains autres résidents, les conséquences de cette crise se sont manifestées par une diminution importante des activités cliniques dans leur spécialité sans redéploiement vers d’autres secteurs. Dans ces spécialités, il faut arriver à capitaliser le plus possible sur l’exposition résiduelle.

    Ce sont donc pour ces raisons que les quatre facultés de médecine québécoises, de même que le ministère de la Santé et des Services sociaux et la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), ont comme principale préoccupation de maintenir votre formation par le biais d’activités médicales pertinentes, supervisées et évaluées. Nous considérons donc votre présence en CHSLD comme tout autre déploiement et selon les mêmes considérations qui ont prévalu jusqu’à présent.

    La situation évolue actuellement très rapidement. Cependant, pour l’instant, toute proposition de présence en CHSLD de votre part doit obligatoirement être présentée conjointement avec votre direction de programme et ceci exclusivement à l’intérieur d’un stage comportant des objectifs précis et détaillant les mesures de supervision et d’évaluation. Les questions reliées aux équipements de protections sont également primordiales pour assurer votre sécurité et celle de vos proches. La formation offerte, la disponibilité et le type d’équipement disponible devront être clairement détaillés.

    De plus, le MSSS préconise une réaffectation à la même installation et sur la même unité pendant plusieurs journées consécutives (idéalement au moins cinq jours) pour les travailleurs de la santé. Ceci fait en sorte qu’une présence ponctuelle en CHSLD n’est pas souhaitée.

    Par ailleurs, lors de nos récentes discussions avec le MSSS, nous n’avons pas été en mesure d’établir avec précision si un résident, qui a donc un lien d’emploi dans le réseau de la santé, peut faire du bénévolat dans un CHSLD dans le cadre de la crise actuelle. Les questions reliées à la couverture d’assurance en cas de blessure à vous-même, à autrui ou en cas de contamination ne sont pas encore résolues. Il en va de même des questions reliées aux gestes médicaux posés, même seulement occasionnellement, sans supervision.

    Vous pouvez donc constater que la décision de permettre ou non aux résidents de prêter main-forte dans les CHSLD doit tenir compte de multiples facteurs. Je comprends que vous soyez interpellés par la situation actuelle, mais nous devons continuer à nous assurer de la validité de vos stages pour éviter des retards de diplomation ou de graduation vers les années subséquentes. Nous devons aussi continuer de veiller sur vous afin de nous assurer que vous soyez en pleine forme dans les prochaines semaines, lorsque notre système de santé redémarrera à plein régime.

    Document sur les précautions à prendre dans un CHSLD


    Création d’un code de stage Urgence sanitaire pour les résidents redéployés

    Courriel envoyé le jeudi 23 avril

    Un nouveau code de stage est disponible dans MedSIS : URGSAN. Ce code, disponible pour tous les programmes, vise à regrouper les activités des résidents redéployés vers des tâches liées à la pandémie de COVID-19.

    L’utilisation de ce code permettra aux programmes de différencier, dans le parcours des résidents, les activités liées à la COVID-19 des activités de formation qui auraient normalement été effectuées dans le cadre de leur programme de formation. Elle permettra ainsi d’avoir un meilleur portrait du redéploiement des résidents et de l’impact la crise sanitaire sur la formation des résidents.

    Comme pour tous les stages se déroulant dans des milieux agréés liés à l’Université de Montréal, les programmes peuvent faire eux-mêmes les modifications dans les grilles de leurs résidents. Si un milieu n’est pas disponible pour le code URGSAN, il faut en faire la demande au point d’interrogation de MedSIS (ou assistance.med.umontreal.ca) afin qu’il soit ajouté.

    Une fiche d’évaluation adaptée a été liée à ce code. Comme pour tous les autres stages, il est très important que tous les milieux de stage soient indiqués dans la grille de stage et qu’un superviseur soit assigné dans MedSIS. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à communique avec votre TGDE.


    Résidentes enceintes / résident(e)s immunosupprimé(e)s : Nouvelles directives de l’INSPQ

    Courriel envoyé le jeudi 2 avril

    Le vice-décanat aux études médicales postdoctorales de l’Université de Montréal recommande, de concert avec les directions de l’enseignement universitaire, l’application stricte, dès maintenant, des directives de l’INSPQ quant :

    • aux travailleuses enceintes pour toutes les résidentes enceintes.
    • aux travailleurs immunosupprimés pour les résidents immunosupprimés (voir liste des travailleurs ciblés ci-dessous *).

    Ces directives s’appliquent dans les zones où la transmission communautaire de la COVID-19 est élevée (à l’heure actuelle : la grande région de Montréal et l’Estrie).

    Résidentes enceintes :

    Ces recommandations stipulent, « qu’en ce qui concerne les travailleuses enceintes œuvrant dans les milieux suivants :

    • milieux hospitaliers
    • cliniques médicales dédiées ou non dédiées
    • milieux d’isolement

    pour toute la durée de la grossesse, d’affecter immédiatement la travailleuse enceinte, sans égard à son statut immunitaire en regard de COVID-19, de manière à éliminer les contacts rapprochés (moins de 2 mètres et sans mesure de protection physique, telle une vitre de séparation) auprès de la clientèle et des collègues de travail. »

    Référence : Recommandations intérimaires sur les mesures de prévention en milieux de travail pour les travailleuses enceintes ou qui allaitent

    Résident(e)s immunosupprimé(e)s :

    Il en va de même pour les résident(e)s immunosupprimé(e)s (liste des travailleurs ciblés ci-bas*), conformément à la recommandation de l’INSP :

    « Pour ces travailleurs, nous recommandons, dans un premier temps, de favoriser le travail à distance, à partir du domicile. Si le télétravail est impossible, l’employeur doit assurer, par la réaffectation ou l’application des différentes mesures de contrôle en milieu de travail, le respect des conditions suivantes : le travail à une distance de séparation de 2 mètres avec la clientèle et les autres collègues. Le travail effectué à moins de 2 mètres peut être effectué en présence d’une barrière physique telle qu’une vitre de Plexiglas ou un équivalent. »

    Travailleurs ciblés par les recommandations :

    Les travailleurs ciblés par ces recommandations sont ceux qui sont susceptibles de développer des complications lors d’une infection par le SARS-CoV-2 en raison d’un déficit immunitaire grave tel que défini récemment par l’INESSS* :

    • Personne présentant une déficience immunitaire congénitale;
    • Personne présentant des troubles hématologiques malins;
    • Personne présentant des tumeurs solides malignes non hématologiques;
    • Personne présentant une anémie aplasique;
    • Personne qui a récemment reçu ou reçoit une radiothérapie, une chimiothérapie ou un traitement par inhibiteur de point de contrôle;
    • Personne qui a reçu une greffe d’organe solide, de cellules CAR-T et de cellules souches hématopoïétiques et qui est sous immunosuppression active ou a une maladie du greffon contre l’hôte;
    • Personne vivant avec le VIH/SIDA symptomatique;
    • Personne qui reçoit un traitement par l’une des catégories de médicaments suivantes :
      • Corticostéroïdes à forte dose;
      • Agents alkylants;
      • Antimétabolites à fortes doses;
      • Médicaments immunosuppresseurs liés à la greffe;
      • Bloqueurs du facteur de nécrose tumorale;
      • D’autres agents biologiques qui sont immunosuppresseurs ou immunomodulateurs.

    Référence : Recommandations intérimaires pour la protection des travailleurs immunodéprimés 


    Stages en région

    Courriel envoyé le mercredi 1er avril

    Bien que le premier ministre François Legault ait recommandé, le 19 mars 2020, de limiter les voyages non essentiels entre les régions du Québec, les stages en région des résidents en médecine sont maintenus.

    Le 20 mars 2020, le ministère de la Santé et des Services sociaux nous a confirmé que cette directive ne s’applique pas pour les stages en région des résidents.

    Les quatre facultés de médecine du Québec maintiennent tous les stages en région dans leurs réseaux de formation respectifs.

    Toutefois, faisant suite à l’annonce, le 1er avril 2020, par le premier ministre Legault, relativement aux déplacements restreints dans quatre nouvelles régions du Québec, il a été convenu, au Comité des études médicales postdoctorales (CEMP), que les nouveaux stages qui devaient débuter en P11 (06 avril 2020 au 03 mai 2020) ou en P12 (04 mai 2020 au 01 juin 2020) de la présente année académique 2019-2020, peu importe la durée du stage, dans un des régions ou territoires suivants, sont annulés :

    • Bas Saint-Laurent
    • Saguenay – Lac-Saint-Jean
    • Abitibi-Témiscamingue
    • Outaouais
    • Côte-Nord
    • Nord-du-Québec
    • Gaspésie – Îles de la Madeleine
    • Nunavik
    • Terres-Cries-de-la-Baie-James
    • Territoires des municipalités régionales de comté d’Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm pour la région sociosanitaire de Lanaudière
    • Territoires des municipalités régionales de comté d’Antoine-Labelle, d’Argenteuil, de Les-Pays-d’en-Haut et de Les Laurentides pour la région sociosanitaire des Laurentides
    • Territoire de l’agglomération de La Tuque pour la région sociosanitaire de la Mauricie et Centre-du-Québec

    Le but de l’arrêté ministériel étant de limiter les déplacements vers les régions désignées et non l’inverse, tous les résidents qui sont actuellement en stage dans une de ces régions sociosanitaires ou territoires poursuivent leur stage jusqu’à la fin, comme prévu dans leur grille de stage initiale, et peu importe la durée de ce stage.

    Les stages dans la région sociosanitaire de la Mauricie et Centre-du-Québec sont maintenus pour les périodes P11 et P12, à l’exception des stages à La Tuque. Ainsi, les stages au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de la Mauricie-Centre-du-Québec ainsi qu’à Shawinigan sont donc maintenus. Il n’y aura pas de quarantaine imposée ou nécessaire pour les résidents qui iront en stage dans la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les résidents qui sont actuellement en stage dans cette région sociosanitaire poursuivent leur stage jusqu’à la fin, comme prévu dans leur grille de stage initiale, et peu importe la durée de ce stage.

    Les résidents en médecine familiale basés dans une CUMF d’une des régions touchées par le décret pour en limiter l’accès et qui sont actuellement en stage dans la région de Montréal vont pouvoir retourner dans leur région d’attache. Les résidents doivent d’abord compléter leur stage actuel avant de retourner dans leur région d’attache. Une lettre de l’université leur sera acheminée pour faciliter les déplacements. Les résidents pourront en faire la demande par courriel auprès de madame Marie Galibois (marie.galibois@umontreal.ca).

    Les résidents en stage dans la grande région de Montréal qui retournent dans une des régions sociosanitaires visées par le décret vont toutefois se voir imposer une quarantaine de 14 jours. Les transferts de CUMF demandés par le programme de médecine familiale seront également autorisés avec les mêmes contraintes de quarantaine.


    Guide sur la télémédecine 

    Courriel envoyé le mercredi 13 mai

    Afin de vous aider dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, le Collège des médecins du Québec a publié un Guide sur la télémédecine réalisée par les résidents et les moniteurs (version du 1er juin 2020). Celui-ci a été conçu à l’intention des superviseurs, des résidents et des moniteurs.


    Validité des stages pendant la crise sanitaire et maintien des gardes

    Courriel envoyé le mardi 24 mars

    Les règles usuelles de validité de stage devront être adaptées pendant cette période exceptionnelle. À cet égard, il est très important de suivre de manière assidue les directives émises par votre direction de programme et par le vice-décanat aux études médicales postdoctorales. Il s’agit de la meilleure manière de vous assurer que votre stage demeurera valide.  En effet, pour pallier aux variations importantes d’activités cliniques découlant de la crise sanitaire actuelle, plusieurs mesures de redéploiement des résidents ont déjà été mises en place ou seront incessamment mises en place dans plusieurs programmes. En cas de doute face à ces mesures, référez-vous toujours à votre direction de programme.

    Il est important de noter, que ce sera, comme à l’habitude, le vice-décanat aux études médicales postdoctorales conjointement avec les directions de programme qui auront à statuer en juin sur la complétion de la formation des résidents finissants en vue de l’obtention d’un permis restrictif par le Collège des Médecins du Québec.  Pour les autres résidents, nous devrons également déterminer lesquels pourront passer à l’année académique suivante et lesquels auront à compléter un ou des stages d’appoint.  Il est donc primordial de vous assurer que vous soyez évalués pour chacun de vos stages malgré l’état actuel de pandémie.  Cette directive a également été transmise à vos directeurs de programme.

    En ce qui a trait aux résidents placés en quarantaine, ils ne seront pas pénalisés en regard de la validité de leur stage. Ceci bien-sûr à l’exception de ceux qui ont quitté pour un voyage à compter du 13 mars 2020 contre l’avis de la Conférence des vice-doyens aux études médicales postdoctorales des facultés de médecine du Québec (CVDFM) et de la FMRQ (voir la lettre conjointe).

    Nous vous rappelons par ailleurs que la garde est une obligation déontologique, mais également une activité pédagogique contributoire au stage.  Aucun refus de participer à la garde ne sera considéré.

    Pendant la durée de la présente crise sanitaire, chacun doit faire tous les efforts possibles pour maximiser la valeur pédagogique de chacun des stages.


    Arrêté ministériel et convention collective des médecins résidents

    Courriel envoyé le lundi 23 mars

    La convention collective est toujours en vigueur, et ce, intégralement. Cependant, les demandes de vacances ou de congés déjà accordées pourraient être annulées si certaines clauses de l’arrêté ministériel sont activées.

    Nous vous invitons à prendre connaissance de la lettre conjointe du CVDFM et de la FMRQ à propos de l’arrêté ministériel et de la convention collective des résidents pour de plus amples renseignements.


    Lancement des rencontres d’enseignement virtuelles TEAMS

    Courriel envoyé le lundi 23 mars 

    La situation exceptionnelle que nous vivons exige que nous révisions rapidement nos pratiques, afin que nous puissions poursuivre certaines activités d’enseignement notamment les rencontres d’enseignement académique ou hospitalière

    Nous avons exploré différentes options et l’outil qui nous apparaît le plus convivial afin de tenir ces rencontres est l’application Microsoft Teams.

    • Disponible pour tous les résidents de l’UdeM, à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone intelligent, je vous invite dès maintenant à télécharger Teams sur l’outil de votre choix.
    • Soyez attentifs à vos courriels ! Vous recevrez des invitations pour les rencontres d’enseignement à partir de votre adresse courriel UdeM (@umontreal.ca)
    • Pour vous joindre à une rencontre d’enseignement virtuelle, vous devez cliquer sur l’hyperlien qui vous est acheminé par courriel. Notez que l’hyperlien est également disponible à partir de votre calendrier Outlook.

    Cliquez ICI, pour télécharger l’application ou savoir comment vous joindre à une rencontre sans disposer de compte.

    Besoin d‘aide?

    • Pour toute question technique sur Teams, vous pouvez contacter le service TI de la Faculté.

    En terminant, sachez que nous sommes soucieux de poursuivre au mieux de notre capacité et de notre disponibilité ces activités essentielles et importantes pour votre formation, qui se déploie dans un contexte inédit ! Nous vous remercions de votre compréhension et de votre capacité d’adaptation dans cette toute nouvelle réalité pour l’ensemble de nos « maisons d’enseignement », qui est au première loge de cette crise.

    ** Vous trouverez de l’information en lien avec TEAMS et le soutien à l’enseignement sur la page wiki des études médicales postdoctorales. Celle-ci sera bonifiée au fur et à mesure que de nouvelles ressources seront disponibles. **


    Stages en région maintenus 

    Courriel envoyé le vendredi 20 mars 

    Bien que le premier ministre François Legault ait recommandé, le 19 mars 2020, de limiter les voyages non-essentiels entre les régions du Québec, les stages en région des résidents en médecine sont maintenus.

    La Direction générale des affaires universitaires, médicales, infirmières et pharmaceutiques, du ministère de la Santé et des Services sociaux, a clarifié sa directive quant aux stages en région par le biais de cette correspondance.

    De plus, le 20 mars 2020, dans le cadre de la Conférence des doyens et vice-doyens, le ministère de la Santé et des Services Sociaux a confirmé que cette directive ne s’applique pas pour les stages en région des résidents.

    Les quatre Facultés de médecine du Québec maintiennent tous les stages en région dans leurs réseaux de formation respectifs.


    Annulation de tous les stages interuniversitaires à compter du 06 avril 2020 (P11)

    Courriel envoyé le mardi 17 mars, mis à jour le jeudi 19 mars 

    La CVDFM vient de préciser que ce sont tous les stages qui ne sont pas effectués dans notre réseau d’enseignement qui seront annulés.

    ** La consigne concerne uniquement les stages qui débuteront en P11 (a/c du 06 avril 2020) **

    Par conséquent, tous les stages en entente interuniversitaire (CREPUQ), sauf ceux pour parachèvement de la formation avec entente signée via le CRMCC *, les stages des programmes réseau (biochimie médicale et gériatrie), ainsi que les stages en région effectués dans le réseau d’enseignement de l’Université de Montréal), ainsi que tous les stages en milieu non-agréés au Québec ou hors Québec seront tous annulés et remplacés par un autre stage, selon la décision qui sera rendue par la direction du programme de résidence.

    Les programmes doivent communiquer avec leurs résidents qui ont un stage dans un réseau d’enseignement ou en milieu non agréé à leur grille pour leur rappeler que leur stage en entente interuniversitaire / en milieu non agréé sera annulé et remplacé par un autre stage.

    Nous refuserons, par ailleurs, toutes les demandes à cet effet qui sont encore en attente dans le système de gestion des autorisations d’études hors établissements. Nous vous rappelons que les résidents qui étaient attendus (pour des stages acceptés précédemment) ne viendront pas comme prévu. Leur faculté d’attache respective leur aura communiqué l’information à cet égard, comme nous le faisons pour nos propres résidents.

    À noter que le réseau d’enseignement de l’Université de Montréal est large, mais regroupent des milieux de stage dans les CIUSSS, CISSS et instituts suivants (en cas de doute, n’hésitez pas à communiquer avec votre TGDE ou madame Marie Galibois) :

    • CHUM
    • CHUSJ
    • CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec
    • CIUSSS Est-de-l’Ile-de-Montréal
    • CIUSSS Nord-de-l’Ile-de-Montréal
    • CIUSSS Centre-Sud-de-l’Ile-de-Montréal
    • CISSS de Laval
    • CISSS de Lanaudière (en partie)
    • CISSS des Laurentides (en partie)
    • CISSS de la Montérégie-Est (en partie)
    • ICM
    • IPPM
    • Saguenay – Lac-Saint-Jean ayant un statut particulier, les stages y seront maintenus

    *Les stages en entente interuniversitaire pour parachèvement de la formation avec entente CRMCC sont des stages obligatoires d’un programme qu’un résident doit effectuer pour répondre aux exigences de formation, mais que sa faculté d’attache n’est pas en mesure d’offrir elle-même et pour lesquels il a été conclu une entente formelle avec la faculté d’accueil qui est, elle, en mesure d’offrir la formation requise et qui s’engage à le faire par la biais de cette entente.


    Annonce du report des examens CMFC et CRMCC du printemps 2020

    Courriel envoyé le dimanche 15 mars

    Je souhaite vous informer que les vice-doyens aux études médicales postdoctorales ont eu une conférence téléphonique vendredi soir (13 mars 2020) avec le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada (CRMCC) et en auront une autre mardi prochain (17 mars 2020) avec le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC).

    Les deux collèges sont en contact étroit et régulier avec les vice-doyens aux études médicales postdoctorales de toutes les facultés de médecine canadiennes.

    Comme nous vous en informions vendredi dernier, les examens du CRMCC et du CMFC, de même que le LMCC partie 2 sont remis à une date ultérieure.

    Nous sommes conscient que cette nouvelle a créé beaucoup d’émoi chez tous les résidents qui devaient se présenter aux examens.

    Selon ce que le CRMCC nous a indiqué, il est invraisemblable que les examens puissent avoir lieu avant le début du mois de mai. 2020. À ce moment, il est envisagé par le CRMCC que les examens soient décentralisés dans les différentes universités, mais ceci reste à confirmer. Le CRMCC doit organiser cette logistique complexe dans un contexte où la pandémie évolue à grande vitesse. Ceci prendra plusieurs semaines. Le CRMCC a aussi indiqué que les résidents seraient avisés plusieurs semaines à l’avance de la date de tenue des reprises d’examen. Nous allons nous assurer que ceci sera fait.

    Les résidents qui étudiaient pour un examen du CRMCC ou du CMFC doivent donc retourner en stage. Tous doivent contribuer à l’effort que nous allons devoir fournir pour soigner des patients dans les prochains jours.

    Nous allons évidemment proposer une période de congé d’étude tout à fait raisonnable pour tous les résidents qui devront faire les examens à une date ultérieure.


    Directives lors du retour au pays et des stages à l’étranger

    Courriel envoyé le vendredi 13 mars

    La Conférence des vice-doyens aux études médicales postdoctorales des facultés de médecine du Québec et la Fédération des médecins résidents du Québec ont émis les directives suivantes par rapport à la situation liée au COVID-19. Lire la lettre conjointe.

    Ces mesures touchent les médecins-résidents du Québec et les directeurs des programmes de formation médicale postdoctorale du Québec.

    • Les facultés feront tout ce qui est en leur pouvoir pour ne pas pénaliser les résidents qui sont actuellement à l’étranger et qui ne pouvaient prévoir les nouvelles directives émises par le gouvernement; au retour, une quarantaine de quatorze jours sera imposée, mais des mesures seront prises au cas par cas pour que cela nuise le moins possible à la reconnaissance de la validité des stages et à la progression dans le cheminement du résident dans son programme.
    • Les facultés appliqueront ces mêmes mesures dans les cas de médecins résidents qui seraient mis en quarantaine en lien avec l’exercice de leurs tâches cliniques.
    • Depuis le vendredi 13 mars 2020, tout déplacement hors du Canada, même pour des raisons personnelles, est très fortement déconseillé. Au retour d’un tel voyage entrepris, non seulement une quarantaine de quatorze jours sera exigée, mais aucun accommodement ne sera offert pour tenir compte de cette absence. Les règles usuelles de comptabilisation des absences et de validité des stages seront appliquées strictement, notamment celle qui prévoit que pour qu’un stage soit valide, une présence à au moins 75 % des activités doit être observée.

    Les résidents de retour de voyage ou les moniteurs entrant au Canada depuis le 12 mars doivent être placés en quarantaine pour une durée de 14 jours consécutifs, et ce, même s’ils sont asymptomatiques. Cette mesure n’est pas rétroactive. Toutefois tout résident symptomatique doit contacter le bureau de santé de son milieu de stage pour savoir s’il doit être placé ou non en quarantaine.

    Les résidents et moniteurs ainsi placés en quarantaine doivent en informer leur programme de résidence et le vice-décanat aux études médicales postdoctorales. Dans le cas d’un isolement à la suite d’un voyage à l’étranger, les résidents et moniteurs doivent faire suivre également copie de leur billet d’avion (vol aller et vol retour) précisant la date du départ et la date du retour au Canada.

    Puisque nous sommes tenus de faire les suivis des quarantaines, la période d’isolement sera inscrite dans le dossier MedSIS du résident. Cela permettra aux programmes de résidence, aux directions de l’enseignement et aux agents payeurs d’être informés de la situation.

    Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec madame Marie Galibois, adjointe du vice-doyen aux études médicales postdoctorales par courriel (marie.galibois@umontreal.ca), en précisant dans l’entête du courriel votre nom complet, votre programme et le motif.

    En raison de la gravité de cette situation, nous vous demandons de respecter ces mesures et d’être diligents.


    Stages en entente interuniversitaire prévus le 06 avril 2020 (P11)

    Courriel envoyé le vendredi 13 mars, mis à jour le mercredi 25 mars 

    En lien avec les récentes mesures mises en place pour limiter la propagation du COVID-19, suite aux consignes reçues de la Direction nationale de la santé publique, les membres de la Conférence des vice-doyens aux études médicales postdoctorales ont convenu ce jour d’annuler tous les stages en entente interuniversitaires prévus à compter de la prochaine période, P11, soit dès le 06 avril 2020, à l’exception des stages en entente interuniversitaire qui sont requis pour le parachèvement de la formation et auxquels nous sommes liés par une entente interuniversitaire du Collège royal.

    Par conséquent, tous les stages prévus pour nos résidents (incluant les moniteurs cliniques) dans une autre faculté de médecine, qu’elle soit québécoise ou canadienne, ainsi que tous les stages prévus par des résidents (incluant les moniteurs) en provenance d’une autre faculté dans le réseau d’enseignement de l’Université de Montréal sont annulés et devront être remplacés, dans le cas de nos résidents et moniteurs par un autre stage à effectuer dans notre réseau.

    En complément, nous souhaitons vous informer que la Conférence des vice-doyens aux études médicales postdoctorales (CVDFM) a convenu que les stages en entente interuniversitaire (excluant comme indiqué précédemment les stages en parachèvement de formation) ainsi que les stages en milieu non agréé, ne seront autorisés qu’à compter de la P4 de l’année académique 2020-2021 (soit à compter du 21 septembre 2020).

    Nous invitons donc les programmes à réviser leur grilles de stages et à indiquer à leur TGDE, parmi les stages CREPUQ et STAMNA des périodes P11, P12 et P13 (2019-2020) ainsi que pour les périodes P1, P2 et P3 (2020-2021), lesquels devront ainsi être supprimés.

    Si, parmi ses stages, des stages étaient obligatoires dans la formation du résident, la demande pour le conserver à la grille de stage devra alors être adressée au vice-doyen aux études médicales postdoctorales afin qu’il valide avec son homologue de la faculté d’accueil si cedit stage peut être maintenu ou non.

    Les modifications à la grille de stage pourront être faites par la secrétaire du programme, directement dans MedSIS.

    Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec madame Marie Galibois, adjointe du vice-doyen aux études médicales postdoctorales par courriel (marie.galibois@umontreal.ca), en précisant dans l’entête du courriel votre nom complet, votre programme et le motif.


    Mot du vice-doyen

    Chers résidents,

    Je suis fort conscient de la lourdeur de la tâche qui vous incombe dans la réalité de cette pandémie à COVID-19 qui nous a rattrapés avec force depuis les trois dernières semaines et qui se développe rapidement, sous nos yeux.

    Votre présence est d’une importance capitale dans nos milieux hospitaliers alors que notre système de santé est mis à rude épreuve.

    Vos directeurs de programme et moi-même vous demandons depuis plusieurs jours d’accomplir des tâches très difficiles dans un environnement clinique où beaucoup de certitudes sont disparues. Vous répondez à notre appel et j’en suis très fier : vous êtes tous mobilisés!

    Je tiens à réitérer, malgré ce grand tumulte, que votre santé et votre bien-être vont demeurer pour moi, tout comme pour vos directeurs de programme et professeurs, une préoccupation centrale.

    J’ajoute ma voix à celle de la Conférence des doyens des facultés de médecine (voir ci-joint) pour vous remercier tous très chaleureusement des nombreux efforts que vous faites dans cette période difficile et extrêmement anxiogène pour tous.

    On lâche pas!

    Ça va bien aller!

    Dr François Girard, M.D., FRCPC
    Vice-doyen aux études médicales postdoctorales

    Lettre de la CVDM-CDFM


    Tous unis, même à distance – Les médecins-résidents en pédiatrie du CHU Sainte-Justine