Psychiatrie

Directrice du programme : Anne-Marie Bouchard
Directeur du département : François Lespérance
Secrétaire du programme : Sonia Bellefleur
Contacter la personne-ressource

Description du programme

La psychiatrie est la spécialité de la médecine qui s’intéresse à l’étude biopsychosociale de l’étiologie, de l’évaluation, du diagnostic, du traitement et de la prévention des troubles mentaux, émotionnels et comportementaux, qu’ils se manifestent seuls ou conjugués à d’autres problèmes d’origine médicale ou chirurgicale, à toutes les étapes de la vie.

Au terme de la formation, on s’attend à ce que résident soit un spécialiste compétent en psychiatrie, capable d’exercer le rôle de consultant dans la spécialité. Le résident doit posséder les connaissances, habiletés et attitudes requises pour offrir des soins et des services efficaces centrés sur le patient à une population diversifiée et d’âge varié. Le résident doit acquérir une connaissance pratique de la base théorique de la psychiatrie, y compris de ses fondements dans les sciences médicales fondamentales et la recherche.
Dans tous les aspects de la pratique, le résident doit être en mesure de composer avec les questions entourant le sexe, l’âge, la culture, l’ethnicité, la spiritualité et l’éthique.

Au terme de la formation postdoctorale, les psychiatres auront perfectionné un éventail de compétences en tant qu’experts médicaux. À ce titre, ils jouent tous les rôles CanMEDS et utilisent leur savoir médical, leurs compétences spécialisées cliniques et leurs attitudes professionnelles pour prodiguer des soins axés sur les patients, qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents, d’adultes ou d’aînés, dans divers milieux, que ce soit les hôpitaux et les services de consultation externe ou la communauté. Le rôle d’expert médical est le rôle pivot du médecin dans le cadre CanMEDS.

Site Web du département / programme

Structure

Durée : 5 ans

Tableau des stages

Année Stage Périodes
1 Stages du tronc commun de médecine
–     Médecine familiale 2
–     Médecine d’urgence 1
–     Médecine familiale et désintoxication 1
–     Neurologie (idéalement en neuroradiologie) 2
–     Au choix (recherche, pédiatrie, gériatrie, soins palliatifs, endocrinologie, clinique de la douleur, etc.) 3
Stage de nuit 1
Psychiatrie d’interface (urgence psychiatrique, soins de collaboration, consultation-liaison) 3
2 Psychiatrie générale adulte 13
3 Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent De 6 à 7
Gérontopsychiatrie De 6 à 7
4 Réadaptation De 3 à 6
Consultation-liaison De 3 à 6
Psychiatrie des toxicomanies De 2 à 4
Soins de collaboration De 1 à 3
5 À option 13
  1. Au cours des quatrième et cinquième années de résidence, trois périodes de stage doivent être effectuées en région. Ces périodes peuvent être comptabilisées, le cas échéant, dans les stages au choix ou à option.
  2. Un maximum de trois périodes de stage peuvent être effectuées à l’extérieur du Québec.

Stages à option    

Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

  • Consultation externe (stage avancé)
  • Clinique psychiatrique de la petite enfance
  • Clinique spécialisée des troubles extériorisés : déficit de l’attention, comportements perturbateurs, tics, trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, trouble oppositionnel avec provocation, trouble de la conduite, syndrome de Gilles de la Tourette et tics moteurs ou vocaux chroniques ou transitoires
  • Consultation-liaison pédiatrique
  • Hospitalisation psychiatrique des adolescents
  • Hospitalisation pédopsychiatrique (9-12 ans)
  • Pédopsychiatrie
  • Pédopsychiatrie légale
  • Pédopsychiatrie spécialisée en troubles cognitifs du développement et psychose
  • Psychiatrie périnatale et du jeune enfant
  • Thérapie familiale
  • Trouble du spectre de l’autisme
  • Troubles de l’humeur de l’enfant et de l’adolescent
  • Troubles anxieux
  • Urgence et intervention de crise

Psychiatrie adulte

  • Centre de psychothérapie
  • Expertise, évaluation et gestion du risque de violence
  • Gestion hospitalière
  • Hôpital de jour (troubles de l’humeur et troubles anxieux)
  • Intervention de crise et impasse thérapeutique
  • Médecine psychosomatique
  • Neuromodulation psychiatrique
  • Neuropsychiatrie
  • Programme des traitements des agresseurs sexuels
  • Programme des troubles anxieux
  • Psychiatrie adulte
  • Psychiatrie légale
  • Psychopharmacologie
  • Psychose et psychothérapie
  • Psychothérapie et réadaptation (troubles psychotiques)
  • Soins intensifs
  • Troubles anxieux et de l’humeur réfractaires et trouble de la personnalité
  • Troubles de la personnalité
  • Unités d’enseignement
  • Urgence psychiatrique

Gérontopsychiatrie

  • Gérontopsychiatrie
  • Psychiatrie des troubles cognitifs
  • Réadaptation
  • Soins de collaboration

Formations longitudinales

Formation longitudinale en psychothérapie

  • Le résident comme thérapeute principal (maîtrise) : thérapies cognitives comportementales, psychodynamique, thérapie familiale, soutien. Un minimum de 100 heures par type de psychothérapie, qui incluent la formation théorique, les heures de supervision et les heures de thérapie.
  • Le résident comme cothérapeute (compétence) : thérapies interpersonnelle et de groupe, thérapie comportementale dialectique ou dialectical behavior therapy − DBT). De 25 à 50 heures par type de psychothérapie, qui incluent la formation théorique, les heures de supervision et les heures de thérapie.
  • Le résident exposé (familiarisation) : pleine conscience, psychodynamique brève, entrevue de motivation, relaxation. De 10 à 25 heures par type de psychothérapie, qui incluent la formation théorique, les heures de supervision et les heures de thérapie.

Même si la majeure partie de la formation en psychothérapie s’effectue à l’intérieur des stages, les résidents sont libérés une demi-journée par semaine pour compléter leur formation.

À la fin de leurs cinq années d’études, les résidents auront reçu 1200 heures de formation en psychothérapie et se qualifieront pour le titre de psychothérapeute.

 

Formation longitudinale en réadaptation

L’enseignement de la réadaptation est assuré par les éléments suivants :

  • Un suivi longitudinal d’un à deux patients souffrant de troubles graves et persitants.
  • Dès le début de la deuxième année de son programme, le résident suivra un ou deux patients atteints de schizophrénie ou de maladies affectives bipolaires avec manifestations psychotiques et traités par une équipe interdisciplinaire. Il sera supervisé à la fois par son maître de stage et par les spécialistes de la réadaptation psychiatrique à l’Université de Montréal. À la fin de son suivi, le résident devra présenter un essai de quelques pages sur les patients suivis.
  •  Un bloc de cours de 45 heures relatifs à la réadaptation en deuxième année de résidence.
  • Un stage obligatoire en réadaptation de trois à six périodes durant les quatrième et cinquième années de résidence, préférablement dans une équipe de suivi et en hôpital de jour ou en psychiatrie légale.

Centres de formation

  • CHUM
  • Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
  • Hôpital Maisonneuve-Rosemont
  • Hôpital Rivière-des-Prairies
  • Hôpital Sainte-Justine
  • Institut Philippe-Pinel de Montréal
  • Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Méthodes d’évaluation

  • Les fiches d’évaluation des stages cliniques, des psychothérapies, des examens oraux sont utilisées de façon systématique. L’acquisition des connaissances et l’apprentissage des techniques sont régulièrement évalués par des examens oraux cliniques structurés que les résidents doivent passer deux fois par année tout au long de leur formation.
  • Occasions propices à l’apprentissage (OPA)

Enseignement

Programme d’enseignement formel :

  • Des cours sont donnés tous les mercredis. Les résidents des première et deuxième années les suivent toute la journée et ceux de la troisième année le matin seulement.
  • L’acquisition des connaissances est le principal objectif du programme d’enseignement centralisé.
  • En cinquième année, un séminaire (examen clinique objectif structuré ou ECOS) de préparation à l’examen du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada est offert aux résidents.
  • Dans les établissements du réseau hospitalier de l’Université de Montréal, les résidents participent à des clubs de lecture qui se réunissent chaque semaine, ainsi qu’à divers séminaires (entretien diagnostique au miroir, étude de cas complexes, formation médicale continue), conférences, colloques, réunions, etc.
  • Une formation Oméga pour la sécurité des résidents est donnée en première et troisième année de résidence.
  • Des formations pédagogiques obligatoires données par le Vice-décanat aux études médicales postdoctorales doivent être suivies parmi les suivantes :
    • cours avancé de réanimation cardiorespiratoire (ou Advanced Cardiovascular Life Support − ACLS);
    • pédagogie : formations de base et avancée;
    • éthique;
    • transmission des dossiers des patients lors du changement de garde;
    • situation d’urgence en médecine interne;
    • gestion médicale de la pratique;
    • formation ALDO.

Admission

Pondération :         

Étude du dossier (60 %) : notes au préclinique, curriculum vitæ, lettre de motivation, lettres de recommandation.
Entrevue structurée (40 %) : entrevue de groupe (15 %) et entrevue individuelle (25 %).

Nombre d’entrées annuellement : 14

Programme

Nombre de résidents : 65
Nombre de professeurs : 179

Nombre de fellows et types de fellowships

Nombre de fellows : 6

Fellowships

  • Psychiatrie adulte
  • Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
  • Gérontopsychiatrie
  • Psychiatrie légale

Recherche

Au cours de la première année de formation, les résidents peuvent s’initier à la recherche durant deux ou trois périodes à la suite desquelles ils doivent produire un article ou autre communication scientifique. Pour mener à bien leurs travaux, ils disposent alors d’une demi-journée par semaine.

Le résident peut aussi s’inscrire à un programme de maîtrise ou de doctorat au cours de sa formation et y consacrer une demi-journée par semaine à partir de la troisième année de résidence, sur approbation du sous-comité d’évaluation.

Chacun des milieux de stages possède un centre de recherche distinct.

Les résidents séniors peuvent aussi suivre un parcours de clinicien chercheur.
Site Web du programme de clinicien chercheur